Les Actions

Investir dans les actions, une bonne idée ?

Stacks Image 20

Singapore / Janvier 2020

Dans le monde des affaires, le rétroviseur est toujours plus clair que le pare-brise.
Si le passé était le seul facteur à prendre en compte en investissement, les historiens seraient tous riches.
Warren Buffet 

Lagarde ne se rend pas

    

"On sera plus content d'avoir un emploi plutôt que d'avoir une épargne protégée."
Christine Lagarde, Présidente de la Banque Centrale Européenne (BCE)
30 octobre 2019  

On a l'impression que les Etats ont tendance à étendre leurs pouvoirs sur les citoyens, que ce soit
  • en diffusant des technologies intrusives comme la reconnaissance faciale, la mise en cause des messageries cryptées
  • en mettant en place les monnaies numériques (voir ci-dessous),
  • en renforçant le contrôle des capitaux, impossible d'acheter des ETF américains en France, depuis le 1/1/2018 à cause de la loi PRIIPS (Packaged Retail Investment and Insurance-based Products).

Est-ce pour notre bien ?

Le dollar ou le yuan ?

Qui sera le vainqueur de la guerre économique qui s'annonce? Le yuan qui veut dominer le dollar ? Pas sûr.
Les Etats-Unis ont une position dominante majeure sur toute la sphère écononomique et ont des leviers très forts pour faire plier les prétendants au titre. Leur dollar est adossé aux complexes industriels et financiers qui ont la mainmise sur l'économie mondiale. L'existence de l'extraterritorialité des lois US consolide cette prééminence.
Voilà pourquoi l'indicatif téléphonique international de la France est le 33, et celui des Etats-Unis est le 1.

Aujourd'hui les monnaies fortes sont le dollar, le franc suisse et dans une moindre mesure l'euro. Tous les quantitative easing déployés depuis des années inondent le monde de liquidités.

Les monnaies numériques

Elles arrivent à grand pas.

La Chine déploie à marche forcée le Yuan numérique, l'Europe annonce l'Euro numérique et le Japon le Yen numérique.

Ces monnaies seront basées, comme le bitcoin, sur la technologie des blockchains, pour une sécurité maxima des transactions.
Mais on va assister à une centralisations des données de transactions au niveau des banques centrales, avec un registre centralisé qui va colliger toutes les opérations financières du pays.
Finis les billets de banque, les pièces, les chéquiers. Le citoyen numérique paiera avec sa carte bancaire ou bien avec la reconnaissance faciale comme déjà en Chine. Ce pays est en train de sortir la main de fer de son gant de velours pour mettre au pas ses propres industries numériques. Le gouvernement chinois a bloqué l'IPO (Initial Public Offering) de la société chinoise Ant Financial, propriété de Jack Ma (fondateur d'Alibaba) qui devait valoir 35 milliards $. Elle a été sursouscrite plus de 800 fois, ce qui montre l'intérêt des marchés pour cette IPO. Il est sûr que le parti communiste n'a pas supporté que Jack Ma comparent les banques chinoises à des prêteurs sur gage et il veut reprendre la main sur l'empire financier qui semblait lui échapper.

Avec ces monnaies numériques le citoyen subira une transparence totale de sa gestion financière et le pouvoir connaitra toutes ses dépenses et ses revenus. Les libertés vont en prendre un coup.

Il suffira aux Etats de déclarer démonnaitisés les billets jusqu'alors utilisés, et on basculera immédiatement dans un monde numérique obligatoire et dangereux.

Que faut-il faire ?

Les notions évoquées ici ne sont pas du tout des conseils d'achat, de vente ou de placements.

J'aurais tendance à dire:
  • développer une éducation financière et économique pour tous, des jeunes aux adultes. Dans le cursus scolaire, aucune présentation des entreprises, de l'économie réelle ou de la gestion des actifs n'est présentée,
  • investir dans des actifs tangibles, en évitant le cash dans les mois/années à venir
  • privilégier les actions mondiales malgré les risques de change, et les actions "françaises" qui font la plupart de leur business dans le monde entier


Le niveau de connaissance de la sphère financière est très bas pour les jeunes adultes, contrairement aux pays anglo-saxons qui savent que les actions seront la pierre angulaire de leur future retraite, contrairement aux retraites françaises par répartition (les nouveaux entrants payent les retraites des plus anciens). Le problème c'est qu'en 1950 il y avait 5 travailleurs pour un retraité et qu'actuellement il n'y a plus que 1,3 actif pour un retraité. La parité va devenir intenable.

Si on baisse les retraites de 40% comme cela fut fait en Grèce, les français auront du mal à supporter ça !

Il faut prévoir les soucis futurs et envisager des sources de revenus différents, si on le peut.
Acheter son logement est sans doute le meilleur investissement de départ. Ensuite il faut placer nos excédents de trésorerie dans des actifs. Un actif représente tout bien négociable comme une action, de l'immobilier ou de l'or.
Je pense que des placements en actions bien pensés doivent permettre d'envisager un avenir plus sereinement, surtout pour sa retraite ou ses héritiers.

Il peut y avoir des cracks boursiers, des guerres, des instabilités politiques, des crises financières dans les années à venir, mais au bout du bout on assistera à une amélioration de l'économie et du monde dans lequel on vit. Les sociétés en sont bien conscientes, ce qui explique que Total s'oriente de plus en plus vers les énergies alternatives par exemple. Pourra-t-on utiliser de futures moteurs à hydrogène, peut-être, ce qui ne peut que favoriser toutes les entreprises de ce secteur.

La Santé, l'Energie et l'Alimentation seront sans doute de grands secteurs du futurs.

Au total il faut appréhender le monde qui nous entoure du mieux possible, ce qui nous permettra de mieux investir dans les sociétés du futur. Nous devons donc lire, apprendre et comprendre pour nous en sortir.

Les blocs mondiaux évoluent, et si on peut envisager le maintien d'une Amérique forte, il ne faut pas sous-estimer la puissance de l'Asie qui n'est pas un tigre de papier.

J'aurais tendance à faire confiance à l'Amérique et à l'Asie pour les années à venir, qu'on peut noter AA. Mes récents voyages en Asie m'ont montré le dynamisme de ces peuples. J'ai été étonné par Singapour, "la Suisse de l'Asie", à la population protéiforme.

Transmettons à nos enfants les savoirs d'aujourd'hui et les éléments de géopolitique pour qu'ils comprennent l'évolution des mondes et puissent gérer au mieux leur avenir.
Stacks Image 32

Hong-Kong / Photo Matthieu Muratet